.st0{fill:#FFFFFF;}

À chaque âge ses placements 

 novembre 10, 2014

By  Philippe Agnelli

Les enfants ont droit au Livret A, au plan d’épargne logement, à l’assurance-vie…

C’est parfois un cadeau de naissance… Les parents peuvent ouvrir à un enfant dès son plus jeune âge, un Livret A et même un plan d’épargne logement (PEL). Certaines banques proposent aussi en complément un compte sur livret ordinaire, même si ce placement est moins séduisant puisque ses intérêts sont fiscalisés et soumis aux prélèvements sociaux. À 12 ans, nouvelle étape: le collégien a droit à un Livret jeunes. Il le gardera jusqu’à ses 25 ans et pourra y placer jusqu’à 1600 €. Un placement sympathique, car exonéré d’impôts et de prélèvements sociaux comme le Livret A, mais mieux rémunéré puisqu’il rapporte entre 2 et 2,75% le plus souvent. En effet, chaque banque fixe librement le taux de son Livret jeunes, à la seule condition d’offrir au moins autant que le Livret A. En pratique, elles se montrent toujours un peu plus généreuses.

Si les parents l’acceptent, ce Livret jeunes peut être associé à une carte de retrait. Avec elle, l’enfant puise dans ses économies, comme un grand, aux distributeurs automatiques. Le Livret jeunes aide ainsi à se familiariser avec la banque, alors que le Livret A sert plutôt à faire fructifier une épargne sous le contrôle des parents. Mais si l’objectif est de faire prospérer ce capital à long terme, il sera plus rentable de l’investir sur un contrat d’assurance-vie. Placé sur le fonds garanti, il rapportera plus de 2% (contre 1% pour le Livret A).

Rien n’empêche en effet d’ouvrir une assurance-vie au nom d’un enfant mineur, dès sa naissance. Simplement, jusqu’à sa majorité, les bénéficiaires du contrat (au cas où il décéderait) seront forcément ses héritiers légaux. Et s’il a plus de 12 ans, sa signature est nécessaire pour souscrire. La gestion du contrat se doit d’être prudente, mais il n’est pas interdit de diversifier une partie du capital sur des fonds boursiers. En revanche, pas question de doter l’enfant d’un plan d’épargne en actions (PEA) tant qu’il ne remplit pas sa propre déclaration de revenus. Comme pour le Livret d’épargne populaire ou le Livret de développement durable (ex-Codévi), il faut être contribuable pour souscrire ce placement.

Philippe Agnelli


Philippe Agnelli est titulaire d'un master II en gestion internationale de fortune. Passionné d'immobilier et de solutions financières il à fondé le cabinet de gestion de patrimoine Signatures Patrimoine. N'hésitez pas à le contacter.

Philippe Agnelli

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Subscribe to our newsletter now!