.st0{fill:#FFFFFF;}

D’après BlackRock, il faut se préparer à une récession sans précédent 

 décembre 12, 2022

By  Laurie Cardile

Selon BlackRock, préparez-vous à une récession sans précédent et "ce qui a fonctionné dans le passé ne fonctionnera pas maintenant".

Une récession imminente ?

L'économie mondiale est entrée dans une période de volatilité élevée, et les approches d'investissement précédentes ne fonctionneront plus, a déclaré BlackRock.

Une récession est imminente, mais les banques centrales ne seront pas en mesure de soutenir les marchés cette fois-ci en assouplissant leur politique, selon le gestionnaire de fonds.

"La récession est annoncée alors que les banques centrales font la course pour essayer de maîtriser l'inflation. C'est le contraire des récessions passées", ont déclaré les stratèges de BlackRock.

Une récession mondiale est à portée de main alors que les banques centrales augmentent les coûts d'emprunt de manière agressive pour maîtriser l'inflation - et cette fois, elle provoquera plus de turbulences sur les marchés que jamais auparavant.

L'économie mondiale est déjà sortie d'une ère de quatre décennies de croissance stable et d'inflation pour entrer dans une période d'instabilité accrue - et ce nouveau régime d'imprévisibilité accrue est là pour rester, selon le plus grand gestionnaire d'actifs du monde.

Un rapport complet rédigé par l'équipe de BlackRock

Cela signifie que les responsables politiques ne seront plus en mesure de soutenir les marchés autant qu'ils l'ont fait lors des récessions passées, a écrit une équipe de stratèges de BlackRock dirigée par le vice-président Philipp Hildebrand dans un rapport intitulé 2023 Global Outlook.

"La récession est annoncée alors que les banques centrales font la course pour tenter de maîtriser l'inflation. C'est le contraire des récessions passées", ont-ils déclaré. "Les banquiers centraux ne viendront pas à la rescousse lorsque la croissance ralentira dans ce nouveau régime, contrairement à ce que les investisseurs attendent. Les valorisations des actions ne reflètent pas encore les dégâts à venir."

La perspective d'un soutien politique limité signifie que les investisseurs ont besoin de méthodes plus dynamiques - impliquant des changements de portefeuille plus fréquents et une vision plus "granulaire des secteurs, des régions et des classes de sous-actifs" - pour naviguer dans la volatilité à venir.

Un régime de plus grande volatilité macroéconomique

"Ce qui a fonctionné dans le passé ne fonctionnera pas maintenant", ont déclaré les stratèges. L'ancienne méthode qui consistait à "acheter le creux de la vague" ne s'applique pas dans ce régime où les arbitrages sont plus nets et la volatilité macroéconomique plus grande. Nous ne voyons pas de retour à des conditions permettant de soutenir un marché haussier conjoint des actions et des obligations du type de celui que nous avons connu au cours de la décennie précédente."

Les banques de Wall Street, de Morgan Stanley à Bank of America en passant par Deutsche Bank, ont prévenu que les actions américaines pourraient plonger de plus de 20 % en 2023 en raison d'un ralentissement économique et de risques de liquidité alimentés par les hausses de taux d'intérêt de la Réserve fédérale. David Solomon, PDG de Goldman Sachs, estime qu'il y a seulement 35 % de chances que l'économie américaine évite une récession.

Un ralentissement du marché du logement ?

Selon BlackRock, un ralentissement du marché du logement, des retards dans les plans d'investissement des entreprises, une baisse de l'épargne des consommateurs et une détérioration de la confiance des chefs d'entreprise sont les signes précurseurs de l'effondrement économique à venir.

Pourtant, le marché boursier n'a pas encore pris en compte l'ampleur potentielle du ralentissement économique imminent, ont déclaré les stratèges.

"Nous ne pensons pas que les actions soient entièrement évaluées pour une récession", ont-ils ajouté. "Les prévisions de bénéfices des entreprises ne reflètent pas encore pleinement une récession, même modeste. Nous restons donc tactiquement sous-pondérés en actions des marchés développés."

L'indice S&P, 500 des actions américaines à grande capitalisation est en hausse de plus de 12 % par rapport à un plus bas de 23 mois atteint en octobre, stimulé principalement par les attentes selon lesquelles la Réserve fédérale ralentira le rythme de ses hausses de taux d'intérêt après un récent recul de l'inflation.

Vous avez une question ? Une problématique ?

Nos conseillers répondent à vos questions en agence,
par téléphone ou par email, à votre convenance.

Pour nous joindre par téléphone, nos conseillers sont joignables du lundi au vendredi,

de 9 h à 19 h en continu au 04 93 78 28 96 (service et appel gratuits).

Laurie Cardile


Philippe Agnelli

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Subscribe to our newsletter now!