Dorval Asset Management - Reporting à fin Décembre 2018 | Signatures Patrimoine
17216
post-template-default,single,single-post,postid-17216,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.7,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Dorval Asset Management – Reporting à fin Décembre 2018

09 Jan Dorval Asset Management – Reporting à fin Décembre 2018

Bilan 2018 

2018 aura vu la valorisation des actions mondiales baisser fortement et de manière inédite, sans récession économique, ni crise financière, ni krach obligataire. C’est l’explosion des primes de risque politiques qui a joué le rôle de catalyseur.

L’action du nombre croissant de dirigeants dits « populistes » interroge les investisseurs : est-on en train de vivre des ruptures majeures qui remettent en cause la façon de créer de la richesse, ou les contraintes du réel disciplineront elles la nouvelle classe dirigeante ?

La deuxième hypothèse nous semble la plus probable, mais c’est dans le concret des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, l’issue des crises italiennes et du Brexit, que les investisseurs liront les réponses. A cet égard, le lancement d’une grande négociation commerciale entre la Chine et les Etats-Unis depuis la réunion du G20 à Buenos Aires est encourageant. De même, les ajustements du budget italien vont dans le bon sens, comme en témoigne la nette baisse des taux en Italie du mois de décembre.

Finalement, en 2018, aucune classe d’actifs n’aura été épargnée. Les investisseurs ont liquidé progressivement les positions sur les actifs les plus risqués via une sorte de « rolling bear market » (effet domino):  dans un premier temps, les actions émergentes, puis les actions les moins « liquides » comme les petites et moyennes capitalisations européennes. Les gestions de conviction, plus concentrées, ont d’ailleurs été les premières victimes de cette fuite vers la liquidité.

2/ Perspectives 2019 

En ce début d’année 2019, Dorval Asset Management maintient une certaine prudence, mais note que le niveau extrême du pessimisme ambiant, associé aux valorisations souvent attractives et à un environnement macroéconomique certes fragilisé mais loin d’être effondré, créent un potentiel important de rebond. Mais les marchés ont besoin de catalyseurs avant tout politiques, dont la baisse des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, et la maîtrise des effets du populisme en Europe. Dans ces conditions, les scénarios de récession deviendront moins crédibles, et les probabilités d’un atterrissage en douceur pour l’économie mondiale augmenteront clairement.

La gestion privilégie dans ses fonds européens de conviction :

  • deux thématiques de mutation : l’industrie 4.0 & transition énergétique et la digitalisation de l’économie
  • une thématique plus conjoncturelle avec les bénéficiaires de la baisse des matières premières : transformateurs & consommateurs.

Concernant la gestion internationale, les thématiques privilégiées sont la prime de risque politique en Italie, la prime de risque globale dans les actifs émergents et le rebond de la demande interne au Japon.

Au fur et à mesure de la levée des doutes sur la croissance, de l’issue des négociations commerciales en cours, ou de l’arrêt de la hausse des taux américains, l’exposition aux actions des fonds flexibles pourra être renforcée. L’année 2019 restera certainement volatile et imposera aux investisseurs plus encore de réactivité et de flexibilité pour saisir les opportunités qui ne manqueront pas d’arriver au regard des écarts actuels entre fondamentaux et valorisations sur plusieurs segments de marchés. 

Natixis Investment Managers International

 

Pas de commentaire

Désolé, les commentaires sont désactivés pour le moment.